Beffroi de Bruges

 
 
Partagez sur...

Le beffroi est l’emblème de Bruges. Symbole du pouvoir civil et de la liberté de la cité médiévale, la tour du beffroi domine le marché central de Bruges.

Beffroi de Bruges

Dès le haut Moyen Âge s’élève à la limite de l’enceinte primitive un beffroi, tour militaire destinée à la défense du bourg. Lorsque la puissance urbaine se développe, les citoyens y enferment les sceaux, les archives et les premières chartes de la commune, notamment le privilège accordé par Philippe d’Alsace en 1190.

Construit en pierre et couvert d’un clocheton de bois, le beffroi est incendié en 1280, lors d’une émeute : tous les documents sont détruits. Poussés par l’essor du négoce et la rivalité avec les villes voisines, les bourgeois de Bruges exigent du comte la restitution de leurs charges et l’édification d’un beffroi plus solide.

Beffroi de Bruges

Le nouveau beffroi est bâti à la fin du XIIIe siècle sur deux étages de plan carré dans un style gothique sobre et élégant, augmentés bientôt d’une galerie ajourée et de quatre tourillons d’angle. L’étage octogonal n’est construit qu’en 1482, annonçant déjà le style de la Renaissance.

En 1822, une élégante couronne ajourée vient achever bien à propos l’élan majestueux de l’édifice qui culmine à 83 m.

Au cours de la journée, le carillon fait entendre tous les quarts d’heure un petit air différent.

Faites l’effort de grimper au sommet où au pied du beffroi, la ville déploie ses parterres rouges de toits, le fouillis des pignons et clochetons, les alignements argentés ou vermeils des rues et des canaux.